Cet après-midi, je suis allée, à la nuit tombée, faire mes courses,

Au hasard, d'un rayon, je me suis laissée tenter par l'achat d'une petite lanterne

C'est bientôt, Noël, et j'ai toujours aimé, les bougies, (même, hors période de Noël)

Je suis revenue chez moi, et durant le trajet, dans la nuit noire, et froide (les 1ers flocons ont fait leur apparition), j'ai eu  un flash, (non !! non!! rassurez vous pas un radar, thank's god)

 

 

Disons plutôt, qu'un souvenir est revenu, à ma mémoire,

Je me suis revue, vers l'âge de sept ans, à la même période, accompagner ma maman à l'étable,

Elle était située, à, environ 800 mètres de la maison, nous devions sortir et parcourir ce trajet sur la route, monter la côte, pour arriver à une étable, où nous attendez quelques vaches, déjà attachées par mon papa,

Dans le noir, je serrais fort la main maternelle, et j'ouvrais grand mes yeux, des formes étranges animées par la lampe électrique de maman, se dessinaient au tour de nous, j'avais froid, et peur,  mais ne disait rien, j'avais demandé  à y aller.....

Je ne pouvais en aucun cas me plaindre, quand on arrivait il nous fallait encore traverser la prairie pour arriver ENFIN à cette étable,je revois encore, maman soulever le grand loquet en bois, et pousser la porte de cette grange, étable, ( l'été, était entreposé, le foin au grenier)

Elle déposait son manteau, sur un clou, prenait sa blouse, nouait son tablier, et se coiffait les cheveux d'un foulard, qu'elle nouait dans sa nuque,

Mais avant ces gestes, oh! combien de fois répétés, elle allumait sa lampe: LA LAMPE TEMPETE, j'ai appris plus-tard, que ce n'était qu'une lampe à pétrole; De forme, rectangulaire, pourvu d'une petite porte, et d'un réservoir à pétrole, elle tirait sur la mèche, à l'aide d'une épingle de sureté, craquait l'allumette, et la lumière jahissait ,

Alors !

Je pouvais contempler avec délice, le spectacle, qui m'entourait, les vaches ruminaient, je sens encore leur odeur, et celle du foin dans leur mangeoire, j'entends encore le lait tomber dans le seau en zinc et se bruit s'y caractéristique, produit par la traite à la main, je contemplais également les toiles d'araignées, où s'accrochait parfois une brindille de foin.....

Il y avait aussi, dans un coin bien au chaud, sous la toiture, des troglodytes ce tout petit oiseau, toujours excité, avec son cri caractéristique,

Et puis, la traite finie, maman répétait, toujours ce même geste, d'ôter son foulard, se recoiffait, se débarrassait de ses habits de traite, elle remettait son manteau, et,

déposait encore, du foin dans la mangeoire, et quelques betteraves, comme, gourmandise disait-elle ....

Elle posait, sur ses épaules,  le carcan, sorte de  joug en bois (pardon pour la comparaison), d'où pendaient 2 chaînes avec un crochet, à chaque extrémité, crochait ses deux seaux, pleins de lait, et fermait à l'aide d'une petite manette : LA LAMPE TEMPETE

Puis, nous faisions, le trajet inverse, pour revenir à la maison, d'où nous apercevions, du haut de la colline, la fumée sortir de la cheminée...

 

Alors ce soir à ma façon, je vous présente cette petite lampe, qui ne ressemble en rien, à cette fameuse lampe de ma maman

Mais, c'est un clin d'oeil à tous ces objets "nature" que vous chinez, et qui ont une histoire

Alors ce soir c'était mon histoire, et MA PETITE LANTERNE ( TEMPETE)

ET, MA PREMIERE DECO DE NOEL

 

Bises glaciales de Normandie

 

IMG_1101